Maya Ruiz-Picasso, fille de Pablo : l’expo

En photo : Edward Quinn, Picasso et Maya, Golfe-Juan, vers 1953-1954.  Photo Edward Quinn 

© edwardquinn.com © Succession Picasso 2022

 

Marie-Thérèse Walter. Pablo Picasso et Maya, Clinique du Belvédère, Boulogne-Billancour

6 septembre 1935.Collection particulière

© Archives Maya Ruiz-Picasso© Succession Picasso 2022 © Coll Mirkine

C’est une exposition célébrant le lien filial ! Une mise en lumière du lien si fort qui unissait Pablo Picasso et sa fille María de la Concepción, surnommée Maya. Première fille de Pablo Picasso, fruit de son amour passionnel pour Marie-Thérèse Walter rencontrée en 1927, Maya naît le 5 septembre 1935, bouleversant la vie du peintre. Pour lui, c’est une joie toute nouvelle et heureuse. L’enfant muse arrivée, Picasso n’aura de cesse de l’émerveiller, l’amuser, lui rendre hommage. Entre 1938 et 1939, ce dernier lui dédie 14 portraits, dont une partie exposée ici. Des tableaux témoignant de « la complicité unissant le père et sa fille », ainsi que « la manière dont la présence de Maya a nourri et amplifié la fascination de l’artiste pour l’enfance ». À travers cet ensemble inédit de près de 200 œuvres (peintures, sculptures, papiers découpés, lettres et objets personnels), Picasso dévoile l’extraordinaire énergie créatrice qu’il a déployée pour sa chère Maya. Partager ce morceau de vie, ce volet intime de l’histoire familiale du maître : en sortant, c’est un nouveau regard qu’on porte avec tendresse, sur le peintre…

 

Pablo Picasso, Maya au bateau. 5 février 1938. 

© Yageo Foundation Collection 

 ©Succession Picasso 2022

 

Pablo Picasso, Maternité1938. 

 © Succession Picasso 2022

La fin de la guerre voit l’éloignement de Picasso et de sa fille aînée, essentiellement en raison de l’installation de l’artiste dans le sud de la France à la suite de sa rencontre avec Françoise Gilot avec laquelle il aura bientôt deux nouveaux enfants, Claude et Paloma. Maya reste néanmoins très présente au sein de cette famille recomposée qu’elle visite régulièrement. 

 

Edward Quinn, Picasso et Maya, Golfe-Juan, vers 1953-1954. 

 Photo Edward Quinn, © edwardquinn.com 

© Succession Picasso 2022

 

Pablo Picasso, Maya à trois mois. 1935 

© Succession Picasso 2022

« Le 5 septembre 1935, le temps des fées était passé depuis bien des années, cependant je peux dire qu’à ma naissance j’ai eu deux êtres merveilleux penchés sur mon berceau : mes parents ! Picasso et Marie-Thérèse. Deux êtres liés pour l’éternité. Unis par un même amour de la Vie et de l’Amour. »

 

Maya Ruiz-Picasso

(Picasso intime, Collection Maya Ruiz-Picasso, 1981) 

De son plus jeune âge jusqu’à son adolescence, Picasso consacre de nombreux dessins dans lesquels il étudie avec minutie l’évolution physique et psychique de sa fille. De facture classique, ces portraits se révèlent particulièrement fidèles à leur jeune modèle et expriment le bonheur qu’apporte la fillette à l’existence du peintre.

 

Marie-Thérèse Walter, Picasso et Maya avec leur chien Riki, 

Boulevard Henri IV, Paris, 25 août 1944 

© Archives Maya Widmaier-Ruiz-Picasso 

© Succession Picasso 2022

 

Pablo Picasso, Portrait de Maya de profil. 1943. 

© Succession Picasso 2022

« Il peignait souvent de 7 heures du soir à 7 heures du matin, et j’étais la seule à pouvoir assister à ces séances. J’étais la « boquerona », comme me surnommait mon père, en référence à un des emblèmes de la ville de Malaga. Il m’adorait, et me pardonnait tout.«Boquerona», ça veut dire « petit anchois ». Il était le « boqueron », et moi la « boquerona ». « 

 

Maya Ruiz-Picasso

(Extraits du catalogue Maya Ruiz-Picasso, fille de Pablo) 

 

Pablo Picasso, Lettre à Maya, 27 août 1946. 

© Succession Picasso 2022 

A lire aussi...

Vignette-Chapeaux-Dior-Expo-Lunettes-Galerie
A l'affiche
Carine Bruet

Exceptionnellement Dior !

En photo : Lunettes Dior by Thélios – Modèle MissDior CD40109U_08 // Affiche de l’exposition Chapeaux Dior ! Chapeaux Dior, l’art du chapeau de Christian Dior à Stephen Jones… Bibi en paille

LIRE LA SUITE
Regard Culturel
Carine Bruet

Moschino un livre à la hauteur de sa légende

En photo : MOSCHINO, Éditions Assouline // Spring Summer 2020, Kaia Gerber © Marcus Mam MOSCHINO 360 pages, 250 € Éditions Assouline (assouline.com) Attention, objet (déjà) culte ! Voici la bible pour tous mordus de

LIRE LA SUITE
Carine Bruet

Carine Bruet