Modigliani & Paul Guillaume, le peintre et son marchand

En photo : Amedeo Modigliani (1884-1920). Fille rousse, 1915.  © RMN-Grand Palais (Musée de l’Orangerie) 
// Paul Guillaume (1891-1934). Modigliani dans son atelier, rue Ravignan© RMN-Grand Palais (Musée de l’Orangerie)

Modigliani-dans-son-atelier-par-Paul-Guillaume-Lunettes-Galerie-c-RMN-Grand-Palais

Paul Guillaume (1891-1934). Modigliani dans son atelier, rue Ravignan

Vers 1915. Photographie. 145 x 96 cm. Paris, musée de l’Orangerie. 

© RMN-Grand Palais (Musée de l’Orangerie) 

/ Archives Alain Bouret, image Dominique Couto

Découvrir le travail d’un peintre à travers sa relation avec son marchand principal, c’est le sujet de la formidable exposition du Musée de l’Orangerie qui nous relate, cette rentrée, la relation artistique et amicale nouée entre l’un des plus célèbres artistes maudits du Paris bohème des années 1910, Amedeo Modigliani, et le visionnaire collectionneur d’art moderne qu’était Paul Guillaume. À son arrivée à Paris en 1906, Modigliani d’origine italienne est peintre. Sa rencontre avec Brancusi en 1909 agit comme une révélation : il s’initie à la sculpture et, jusqu’en 1913, s’y consacre presque exclusivement. Sa rupture avec la pratique de la sculpture est aussi soudaine que totale : de 1914 à sa mort en 1920, il produit alors plusieurs centaines de tableaux et un ensemble important de dessins, consacrés à la seule figure humaine. C’est cette pratique de la peinture qui est au cœur de la relation entre l’artiste et le marchand. Paul Guillaume l’encourage, lui loue un atelier à Montmartre, fait connaître ses toiles dans les cercles artistiques et littéraires parisiens. Il achète, vend et collectionne ses œuvres assurant à l’artiste une condition matérielle nouvelle ainsi qu’une renommée grandissante jusqu’à l’étranger (plus d’une centaine de toiles, une cinquantaine de dessins et une dizaine de sculptures de l’artiste seraient passés par les mains du marchand).

AMEDEO MODIGLIANI
Un peintre et son marchand

Du 20 septembre au 15 janvier 2024

Musée de l’Orangerie. Paris 1er.

musee-orangerie.fr

Paul-Guillaume-par-Modigliani-Lunettes-Galerie-c-RMN-Grand-Palais

Amedeo Modigliani (1884-1920). Paul Guillaume, Novo Pilota. 1915. Huile sur carton collé sur contre-plaqué parqueté 105 x 75 cm.
Paris, musée de l’Orangerie. 

© RMN-Grand Palais (Musée de l’Orangerie) / Hervé Lewandowski

Femme-au-ruban-de-velours-par-Modigliani-Lunettes-Galerie-c-RMN-Grand-Palais-DR

Amedeo Modigliani (1884-1920). Femme au ruban de velours

Vers 1915. Huile sur papier collé sur carton. 54 x 45,5cm. 

Paris, musée de l’Orangerie. 

© RMN-Grand Palais (Musée de l’Orangerie) / DR

Fille-rousse-par-Modigliani-Lunettes-Galerie-c-RMN-Grand-Palais

Amedeo Modigliani (1884-1920). Fille rousse. 1915. Huile sur toile, 40,5 x 36,5 cm. Paris, musée de l’Orangerie. 

© RMN-Grand Palais (Musée de l’Orangerie) / Hervé Lewandowski 

A lire aussi...

Mode & lifestyle
Carine Bruet

Pas froid aux yeux

Car on assume l’originalité de ces montures classieuses, singulières, toutes originales, et taillées pour des regards intrépides, comme les nôtres. On adore se distinguer en beauté pour mieux se faire

LIRE LA SUITE
Mode & lifestyle
Carine Bruet

Bien à la maison !

Voici des styles d’aujourd’hui, dans l’air du temps, qui démontrent que la décoration n’en finit pas de se renouveler, saison après saison. Pour se sentir bien chez soi ? On

LIRE LA SUITE
Carine Bruet

Carine Bruet