Partager

Brancusi, le père de la sculpture moderne célébré !

En photo : Constantin BrancusiAutoportrait avec la chienne Polaire dans l’atelier © Succession Brancusi – All rights reserved Adagp, Paris 2024 // Constantin BrancusiLe Coq © Succession Brancusi – All rights reserved Adagp, Paris 2024.

Constantin-Brancusi.-Autoportrait-dans-latelier.-Lunettes-Galerie-©-Centre-Pompidou-MNAM-CCI-Dist.-RMN-GP

Constantin Brancusi. Autoportrait dans l’atelier. Vers 1933 – 1934. Négatif gélatino-argentique sur plaque de verre 15 x 10 cm.
Legs Constantin Brancusi, 1957. Collection Centre Pompidou, Paris. Musée national d’art moderne – Centre de création industrielle
© Succession Brancusi – All rights reserved Adagp, Paris 2024.
Crédit © : Centre Pompidou, MNAM-CCI /Dist. RMN-GP

C’est une exposition inédite (la dernière remontant à 1995), à l’image de l’immense talent de celui qui est toujours considéré aujourd’hui comme un précurseur, un maître en son domaine, l’un des grands noms de l’art contemporain, et plus particulièrement du monde de la sculpture. Constantin Brancusi, né en 1876 en Roumanie (et mort en 1957 à Paris) a en effet jeté les bases d’un art surréaliste et minimaliste. Après différentes formations en Europe et à Paris, le sculpteur trouve enfin son style et son identité qui le rendront unique, admiré comme jalousé ou critiqué. Des courbes, des lignes essentielles, des formes simples, pour des sujets poussés à l’abstrait… L’artiste perfectionne son art en cherchant à se détacher de la matière, pour donner vie à des symboles purs. « Ce n’est pas l’oiseau que je sculpte, mais le vol », expliquait-il. Pour cette sublime rétrospective, ce sont près de 200 sculptures (en plâtre, bois, pierre ou bronze, prêtées par des collections privées ou muséales), photographies, dessins, films et documents d’archives qui témoignent de la riche carrière de Brancusi, homme influent et novateur, de ses débuts à ses grands succès, en passant par ses œuvres plus controversées. Courez-y vite : c’est un événement ! 

BRANCUSI

Jusqu’au 1er juillet 2024

Centre Pompidou, Place Georges-Pompidou, 75004 Paris

centrepompidou.fr

Le-Coq-1935.-Constantin-Brancusi-Lunettes-Galerie-©-Adam-Rzepka-Centre-Pompidou-MNAM-CCI-Dist.-RMN-GP

Le Coq 1935. Constantin Brancusi. Bronze poli sur un socle en pierre calcaire et bois 103,4 x 12,1 x 29,9 cm. Hauteur totale de l’œuvre
(Le Coq et son socle) : 253,4 cm. Collection Centre Pompidou, Paris. Musée national d’art moderne – Centre de création industrielle
© Succession Brancusi – All rights reserved Adagp, Paris 2024.
 © Adam Rzepka – Centre Pompidou, MNAM-CCI /Dist. RMN-GP

La-Colonne-sans-fin-III.-Constantin-Brancusi.-Lunettes-Galerie-©-Centre-Pompidou-MNAM-CCI-Dist.-RMN-GP

La Colonne sans fin III. Avant 1928. Constantin Brancusi.
Bois (peuplier)301,5 x 30 x 30 cm. Legs de Constantin Brancusi, 1957. Collection Centre Pompidou, Paris. Musée national
d’art moderne – Centre de création industrielle
© Succession Brancusi – All rights reserved Adagp, Paris 2024.
Crédit © : Centre Pompidou, MNAM-CCI /Dist. RMN-GP

BIO EXPRESS

Né en 1876 dans un village roumain, Brancusi étudie à l’École des Beaux-Arts de Bucarest avant de s’installer à Paris en 1904, où il fréquente l’École nationale supérieure des Beaux-Arts, influencé par des artistes comme Auguste Rodin. Très vite, Brancusi développe un style sculptural distinctif marqué par la simplification des formes et l’abstraction, connu pour travailler ses pièces en éliminant tout détail superflu. Le Baiser (1907-1908), représentation stylisée d’un couple s’embrassant ou La Colonne sans fin (1918), sculpture abstraite en bois, sont ses œuvres les plus célèbres. « Ce qui a vraiment un sens dans l’art, c’est la joie. Vous n’avez pas besoin de comprendre. Ce que vous voyez vous rend heureux ? Tout est là », affirmait l’artiste. Il décède à son domicile le 16 mars 1957 et est inhumé au cimetière du Montparnasse.

La-Muse-endormie.-Constantin-Brancusi.-Lunettes-Galerie-©-Adam-Rzepka-Centre-Pompidou-MNAM-CCI-Dist.-RMN-GP

La Muse endormie. Constantin Brancusi. 1910. Bronze poli. 16 x 27,3 x 18,5 cm. Collection Centre Pompidou, Paris.
Musée national d’art moderne – Centre de création industrielle. © Succession Brancusi – All rights reserved Adagp, Paris 2024
Crédit © : Adam Rzepka – Centre Pompidou, MNAM-CCI /Dist. RMN-GP

Constantin-Brancusi.-Autoportrait-Lunettes-Galerie-©-Georges-Meguerditchian-Centre-Pompidou-MNAM-CCI-Dist.-RMN-GP.

Constantin Brancusi. Autoportrait avec la chienne Polaire dans l’atelier. Vers 1921.Epreuve gélatino-argentique 23,9 x 18 cm. Legs de Constantin Brancusi, 1957. Collection Centre Pompidou, Paris.
Musée national d’art moderne – Centre de création industrielle
© Succession Brancusi – All rights reserved Adagp, Paris 2024.
Crédit © : Georges Meguerditchian – Centre Pompidou, MNAM-CCI /Dist. RMN-GP

« Ne cherchez pas de formules obscures ou de mystère. C’est de la joie pure que je vous donne. Regardez les sculptures jusqu’à ce que vous les voyiez »

 

Constantin Brancusi

UN ARTISTE, DES INSPIRATIONS, UNE ÉPOQUE

L’atelier parisien de Brancusi à Paris (situé impasse Ronsin dans le 15e arrondissement et qu’il lègue à l’État français à sa mort en 1957) a été intégralement reconstruit au Centre Pompidou, où il est ici présenté comme une œuvre d’art à part entière. L’exposition évoque ses inspirations (Auguste Rodin, Paul Gauguin, l’architecture roumaine, l’art africain, l’art cycladique, l’art asiatique…) et son processus créatif : le choix de la taille et le rôle du socle, l’ambiguïté et le travail de sublimation de la forme, le processus sériel, les jeux de reflet, le portrait, la représentation de l’animal (Le Coq, Le Poisson), son rapport au monumental (Le Baiser, La Colonne sans fin). À travers lettres et documents de l’époque, on y découvre la chronique de ses amitiés avec ses amis artistes d’avant-garde tels Marcel Duchamp, Fernand Léger ou Amedeo Modigliani. Passionnant !

Tete-denfant-endormi.-Constantin-Brancusi-Lunettes-Galerie-©-Adam-Rzepka-Centre-Pompidou-MNAM-CCI-Dist

Tête d’enfant endormi. Vers 1908. Constantin Brancusi. Marbre. 10,5 x 16,5 x 15 cm.
Collection Centre Pompidou, Paris. Musée national d’art moderne – Centre de création industrielle.
© Succession Brancusi – All rights reserved Adagp, Paris 2024.
Crédit © : Adam Rzepka – Centre Pompidou, MNAM-CCI /Dist. RMN-GP

A lire aussi...

Mode & lifestyle
Carine Bruet

Avoir la forme

Pour vibrer au diapason des compétitions, et rester nous aussi dans la course, voici des lunettes pratiques et pensées pour toutes nos activités, et si légères. On aime leurs lignes,

LIRE LA SUITE
Mode & lifestyle
Carine Bruet

Regard de braise

L’été est SHOW ! Leçon de séduction… Déclarer sa flamme. Yeux dans les yeux. Caresser du regard. Couver des yeux. Trouver grâce à ses yeux. Cajoler du regard. Être tape-à-l’œil…

LIRE LA SUITE
Picture of Carine Bruet

Carine Bruet