Accueil » Regard Culturel
Category:

Regard Culturel

Lartigue, l’enfance d’un photographe

Couverture du livre « LARTIGUE, l’enfance d’un photographe » / Photographie : Simone Roussel, Rouzat, 1913 – Jacques Henry Lartigue © 2020 ministère de la Culture – France

C’ est un livre, une petite merveille ! Jacques Henri Lartigue (1894-1986) est âgé de 8 ans à peine lorsque son père lui offre son premier appareil photo. Rapidement, l’enfant commence à photographier son jardin, sa vie de famille exubérante et joyeuse (son chat Zizi, sa nourrice Dudu, sa cousine Bichonnade qu’il persuade de sauter d’un escalier pour la “saisir en plein vol”, son frère aîné et inventeur farfelu, Maurice dit Zissou), mais aussi le beau monde du tout-Paris, les débuts de l’aviation, de trépidantes courses automobiles, les sports d’hiver en Suisse et ses étés à Trouville où, écrit-il, “rien n’empêche plus mes yeux de voler ni de voguer sans fin dans la distance”. Ses premiers clichés témoignent déjà de son sens du cadrage, de son attrait pour le geste en mouvement pour conserver “le bonheur au vol”, les moments éphémères et la vitesse. Lartigue documente minutieusement sa vie, ses clichés, dans des chroniques écrites qu’il poursuivra soixante-dix ans durant. Cet ouvrage vivant, le seul rassemblant ses premières photographies et extraits de journaux intimes et albums, propose le portrait éblouissant d’un témoin devenu l’un des photographes les plus célèbres du XXe siècle.

Zissou et Simone Roussel, Saint-Moritz, 1913 – Jacques Henry Lartigue © 2020 ministère de la Culture – France

Le Grand Prix de France, circuit de Dieppe, Normandie, 1912 – Jacques Henry Lartigue © 2020 ministère de la Culture – France

« Tout à coup une idée s’est mise à me danser dans la tête, une invention féerique, grâce à laquelle plus jamais, jamais, je ne pourrai être ennuyé ou triste : j’ouvre les yeux, puis je les referme, puis je les rouvre, je les écarquille, et hop ! J’attrape l’image avec tout : les couleurs ! la vraie taille ! Et ce que je regarde, c’est du vivant qui remue et qui sent » – Lartigue

Livre Lartigue, l’enfance d’un photographe de Louise Baring sorti aux Éditions de La Martinière.

Notre sélection de lunettes optiques pour hommes

Lunettes Façonnable by Seaport ODLM – Modèle NV281-AR10

Lunettes Dunhill by Kering – Modèle DU0003O_003

Lunettes Henry Jullien by L’Amy Luxe – Modèle HJOXFORD0556

Lunettes en Doublé Or Laminée 20/000 entièrement fabriquée à la main en France, dans le Jura. La manufacture Henry Jullien, certifiée «Entreprise du patrimoine vivant», fête ses 100 ans ! 

Lunettes Lozza by De Rigo – Modèle VL4239_P79

Lunettes de vue où la face en acétate épais avec des profils légèrement carrés tranche avec la modernité des branches légères et fines en titane avec un embout tourné.

Lunettes Rip Curl by ADCL – Modèle HOM05101

Lunettes Hugo Boss by Safilo – Modèle HG1146_1046620DDB00

Lunettes Minima – Modèle M10-20
Lunettes fabriquées en France.

Lunettes Tom Ford by Marcolin – Modèle FT0769

Lunettes McLaren by L’Amy Luxe – Modèle MLSUPO2001_F 1. Modèle percé composé d’un pont matricé en titane, d’une charnière exclusive Mclaren en titane et d’une branche en élastomère sur une armature en acier chirurgical.

Lunettes C-Zone by Roussilhe – Modèle X2504XL30

Lunettes ProDesign by Design Eyewear Group – Modèle 3171_col6521

En photo ci-dessus, la collection de lunettes Façonnable by Seaport ODLM

A lire aussi...

Regard Culturel
Carine Bruet

Matisse, comme un roman

Lunettes JF Rey – Modèle Modèle PM0713035 // Affiche de l’exposition Matisse au Centre Pompidou  Chef de file du fauvisme, maître de la couleur et génie incontesté de l’art du XXe siècle,

LIRE LA SUITE
Carine Bruet

Carine Bruet

0 FacebookTwitterPinterestEmail

Matisse, comme un roman

Lunettes JF Rey – Modèle Modèle PM0713035 // Affiche de l’exposition Matisse au Centre Pompidou 

Chef de file du fauvisme, maître de la couleur et génie incontesté de l’art du XXe siècle, Matisse (1869-1954) ne cesse de nous éblouir. Et nous ne nous lassons jamais, de l’admirer ! À l’occasion du 150e anniversaire de sa naissance, le Centre Pompidou lui rend hommage avec cette grandiose exposition, riche de plus de 230 œuvres et 70 documents et archives. Offertes à nos regards, pour la première fois, une centaine d’œuvres issues de la collection du Musée national d’art moderne (MNAM), l’une des plus significatives par son importance, représentative de toutes les techniques approfondies inlassablement par Matisse, mais aussi des prêts remarquables consentis par les deux musées Matisse en France, au Cateau-Cambrésis et à Nice. Sans oublier la riche collection Matisse du musée de Grenoble, dont la toile, L’Intérieur aux aubergines (1911), est déplacée exceptionnellement pour l’occasion. Des œuvres-clés à (re)voir ou à découvrir qui illustrent la trajectoire de l’artiste sur plus de cinq décennies. Jubilatoire !  

affiche exposition matisse

Affiche de l’exposition au Centre Pompidou

henri matisse marguerite au chat noir debut 1910 huile sur toile

Henri Matisse, Marguerite au chat noir, 1910. Huile sur toile, 94 × 64 cm. Centre Pompidou, Musée national d’art moderne, Paris © Succession H. Matisse. Photo © Centre Pompidou, Mnam-Cci/Georges Meguerditchian/Dist. Rmn-Gp 

Une chronologie en neuf chapitres…

Pour un parcours, de 1895 à 1954, qui retrace les débuts du jeune artiste, venu tard à la peinture dans les années 1890, jusqu’à la libération complète de la ligne et de la couleur avec ses illustres gouaches découpées, réalisées à la fin de sa vie. Peintre, sculpteur, dessinateur, graveur…, Matisse voulait trouver “une écriture pour chaque objet”, soucieux d’apporter sa vie durant un éclairage sur son processus créatif. Rejouant le titre de l’ouvrage de Louis Aragon, Henri Matisse, roman (1971), l’exposition reprend son principe de cheminer dans l’œuvre, cherchant, comme dans le livre, à capter “une lueur sur ce qui se passe”. Chacune des neuf séquences de l’exposition est donc éclairée par le regard d’un auteur porté sur l’œuvre de l’artiste : Louis Aragon, Georges Duthuit, Dominique Fourcade, Clement Greenberg, Charles Lewis Hind, Pierre Schneider, Jean Clay et Henri Matisse lui-même. En écho à ces écrivains, critiques et poètes, c’est une mise en lumière de la relation de Matisse à toutes les écritures, du signe plastique au mot, qui nous est ici proposée. Vers la fin de sa vie, après avoir subi un cancer, puis une lourde opération, Matisse, dans l’incapacité de manipuler un pinceau comme il le faisait auparavant, développa une nouvelle pratique centrée sur le collage de papier découpé. Cette nouvelle technique qui consiste à “dessiner avec des ciseaux”, comme il l’explique, a produit un ensemble d’œuvres remarquable.

art matisse ba
art matisse cut outs

Deux livres indispensables, aux éditions Taschen, qui explorent l’œuvre et la vie d’Henri Matisse.

À découvrir jusqu'aux moindres détails avec ces lunettes pour femmes

Lunettes Blush by Caroline Abram – Modèle BLOOM-1010

Lunettes Isabel Marant by Safilo – Modèle ISABEL MARANT-IM0017_1048220PJP00_R00

Lunettes Schott by ADCL – Modèle SCPF09304

Lunettes Roussilhe – Modèle POP_7739. Lunettes fabriquées en France.

Lunettes Face à Face by Design Eyewear Group – Modèle FACEAFACE_GOTHAM2_col6334

Lunettes Swarovski by Marcolin – Modèle SK5344_066

Lunettes Minima – Modèle MH1-C33_643A. Lunettes fabriquées en France.

Lunettes JF Rey – Modèle PM0713035. Collection « Petite » pour adultes à petits visages. Lunettes fabriquées en France.

En photo ci-dessus, la collection de lunettes Plein Les Mirettes

A lire aussi...

Carine Bruet

Carine Bruet

0 FacebookTwitterPinterestEmail

Lunettes stylées pour des lectures captivantes !

Pour notre inspiration, on plonge dans la lecture de ces beaux livres qui nous présentent de sublimes maisons . À chacun son style de lunettes pour la lecture de ces ouvrages aux multiples facettes…

Lunettes Minima – Modèle  MH1-C24-604A // En photo : le livre 100 Maisons contemporaines de Philip Jodidio, aux éditions Taschen. 

Insufflant !

De modestes cottages en villas somptueuses, de maisons de plage en refuges au milieu de forêts, voici une sélection de la fine fleur de l’habitat contemporain mondial. Un incroyable panorama de réalisations avant-gardistes, à faire rêver ! Classé par architecte, richement illustré par des plans et de superbes photos, cet ouvrage est un tour d’horizon de la maison actuelle. Homes for Our Time. Maisons contemporaines autour du monde. Philip Jodidio. Éditions Taschen, 456 pages, 60 €.

MVRDV – Casa Kwantes, Schiedam, The Netherlands. © Ossip van Duivenbode

Lunettes Lafont  – Modèle HOUR1075

Lunettes Pop by Roussilhe – Modèle POP_7976
Label Origine France Garantie.

Lunettes Ba&sh by Seaport ODLM – Modèle BA1035-MAOR

Lunettes Berenice by Opal – Modèle Benedicte73

Lunettes Face à Face by Design Eyewear Group – Modèle FACEAFACE_HOLLOW1_col3162

Impliquant !

Des “maisons vertes”, c’est le thème de cet ouvrage qui recense ces bâtiments tous respectueux de l’environnement, durables et conçus pour consommer le moins d’énergie possible. Au bord de l’eau, dans les bois, sur la plage… voici une encyclopédie de l’écoconception prônée par des architectes réputés comme Frank Gehry et Norman Foster, mais aussi la jeune génération de créateurs de ces maisons écolos. Un recueil pionnier de 100 bâtiments écoresponsables parmi les plus innovants au monde ! Green Architecture. Philip Jodidio. Editions Taschen, 624 pages, 15 €.

Lunettes Whister Hills by ADCL – Modèle WLTANTALUS03

Lunettes Minima – Modèle MH1-C24-604A

Lunettes Jimmy Choo by Safilo – Modèle JC277

Lunettes Paul & Joe by Seaport ODLM – Modèle DAISY11-DEBE

Réjouissant !

Il compile le meilleur du design des années 1970, avec ses réalisations quasi futuristes, voire visionnaires. À travers les objets en métal, les textiles, le mobilier, l’architecture…, c’est une décennie d’idées foisonnantes, d’écoles et de mouvements radicalement opposés que l’on redécouvre avec envie. Et pourquoi ne pas s’offrir un joli meuble des années 70 dans notre intérieur ? Decorative Art 70s. Charlotte & Peter Fiell. Éditions Taschen, 576 pages, 30 €.

Verner Panton, Room Installation for Bayer’s “Visiona II” exhibition, Cologne, 1970 © Bayer, Cologne/Taschen

Lunettes Line Art by Charmant – Modèle XL2150-RG
Monture anniversaire Line Art en Excellence Titan (matériau breveté par Charmant) qui a une fonction mémoire de forme. Lunettes inaltérables, résistantes, anallergiques, légères et flexibles pour un confort de port maximal. Décoration des branches découpées au laser dans un style floral en filigrane. Cette finition unique et extrêmement fine représente tout le savoir-faire de la marque Line Art.

Lunettes Vogue Eyewear x Millie Bobby Brown by Luxottica – Modèle 0VO4168

Lunettes Clémence&Margaux by CCO – Modèle CM331

Lunettes Caroline Abram – Modèle MINI-ELFIE-739

Lunettes JF Rey – Modèle JF2940 5825

Captivant !

Le livre se targue de rassembler 100 maisons parmi les plus intéressantes et les plus innovantes de ces vingt dernières années. Et les voici, pour notre plaisir, détaillées et expliquées par les architectes de renom (Richard Meier, Shigeru Ban, Zaha Hadid, Daniel Libeskind, Alvaro Siza) qui les ont pensées et créées, toutes fonctionnelles et plus harmonieuses les unes que les autres… Un bel exercice de talent et de style, car dessiner des maisons privées suppose pour l’architecte de relever des défis et de trouver des aménagements souvent très spécifiques. La preuve, dans cet ouvrage. 100 Maisons contemporaines. Philip Jodidio. Éditions Taschen, 688 pages, 15 €.

Collection de lunettes Concept Signatures –The Rolling Stones by Opal  Modèle RSAA007C77 

Lunettes Pomellato by Kering – Modèle PM0089O

Lunettes Police by De Rigo – Modèle VPL730_579

Lunettes Swarovski by Marcolin – Modèle SK5352 016
Une monture métal géométrique agrémentée de l’emblématique détail Swarovski : le crystal. Détail discret mais impactant au niveau de la charnière.

Lunettes Missoni by Safilo – Modèle MIS0036_1038450PJP00

En photo ci-dessus, la collection de lunettes urbaine 2021 Kosby Eyewear by Seaport ODLM.

A lire aussi...

Carine Bruet

Carine Bruet

1 FacebookTwitterPinterestEmail

Je vais au musée, à la maison !

Exposition Italian Renaissance / © UMA

Pour tous, partout, tout le temps, gratuitement : et si aller au musée devenait une bonne habitude ? Si les plus belles toiles s’invitaient justement sur la Toile ? Voici UMA (Universal Museum of Art), le premier musée entièrement virtuel, fondé en décembre 2017 par un créatif (Benjamin Hélion), un stratège (Benjamin Lanot), un ingénieur (Damien Jacq) et un historien de l’art (Jean Vergès). Collaborant avec des institutions culturelles et des musées partenaires, voici donc des expositions uniques, ludiques et immersives, en réalité virtuelle, gratuites et accessibles sur Internet. Un million de visiteurs avant le confinement, plus du double depuis. L’idée ? La démocratisation numérique de la culture. Pas question pour UMA de remplacer le musée, mais au contraire de faciliter l’accès à l’art, familiariser le public avec les musées et faire rayonner les collections de ces derniers (car oui, c’est l’occasion de découvrir leurs trésors cachés). C’est simplissime : on se connecte sur le site depuis un ordinateur, tablette ou mobile, pour choisir son exposition parmi celles proposées (De la Renaissance au XXe siècle, La caricature en France, Léonard de Vinci, NotreDame, Les chats…) et on débute la balade, de salle en salle. On aime : la possibilité de choisir une visite guidée et les contenus enrichis pour chaque œuvre en cliquant dessus, le tout dans un décor différent et créé pour chaque exposition. Allez, avant de se coucher, un p’tit tour au musée : on adore, et nos enfants aussi !

affiche exposition renaissance au vingtieme siecle

Affiche de l’exposition DE LA RENAISSANCE AU XXE SIÈCLE

affiche la beaute dans la laideur

La beauté dans la laideur

Notre sélection de lunettes pour enfants

Lunettes Puma Junior by Kering – Modèle PJ0043O_004

Lunettes Minima – Modèle CJ19-553A

Lunettes Tartine et Chocolat by Opal – Modèle TCMM311C32

Lunettes Little Paul&Joe by Seaport ODLM – Modèle TINA01-BRBE

Lunettes Lafont – Modèle Hugo

Lunettes Cébé by Bollé Brands – Modèle CBS176_ALEA

Lunettes Façonnable pour les garçons by Seaport ODLM – Modèle YACHT01-E503

Lunettes Rip Curl by ADCL – Modèle GOU02201

Lunettes Jacadi by KNCO – Modèle JA0143-Gi

Collections de lunettes  Little Paul&Joe by Seaport ODLM

A lire aussi...

Carine Bruet

Carine Bruet

0 FacebookTwitterPinterestEmail

Jean-Louis Trintignant est un sable émouvant !

Jean-Louis Trintignant sur le circuit de Charade en Auvergne, fin des années 70 // © Photo by Pierre Vauthey 1 : Sygma / Sygma via Getty Images

Lui, c’est Serge Korber, réalisateur de films à succès des années 1960 et 1970 (L’Homme-orchestre, Sur un arbre perché avec Louis de Funès, Un idiot à Paris avec Jean Lefebvre et Bernard Blier…). En 1964, il croise Jean-Louis Trintignant qu’il fait jouer dans Un jour à Paris, court-métrage qui fit le tour du monde, et dans son premier long-métrage, Le 17e Ciel. Une rencontre qui devient vite un coup de foudre amical entre le réalisateur et l’acteur, une belle histoire d’amis pour la vie, qui dure depuis près de 60 ans. C’est à Serge déjà que le discret Jean-Louis s’était confié en 2012 dans un documentaire, Le Mystère Trintignant. Il poursuit aujourd’hui ses confidences à travers ce livre, témoignage de leur indéfectible amitié. Et c’est un Jean-Louis Trintignant plus intime et poétique encore, que l’on découvre ici. L’histoire d’un petit garçon élevé comme une petite fille, d’un Ardéchois fidèle, d’un homme et plusieurs femmes, d’un comédien passé du théâtre au cinéma, de Maud à Romy, de la France à l’Italie, de Nadine à Marianne. Une histoire qui se teinte parfois de tristesse dans laquelle Marie (sa fille adorée) est toujours présente, mais où tout finit quand même par des poèmes (oui, Jean-Louis adore la poésie… de Jacques Prévert, Léopold Senghor ou de Jules Renard). Une histoire qui se lit à plusieurs voix. La sienne, bien sûr, mais celles aussi de ses compagnons qui ont croisé sa route. Brigitte Bardot, Marie-Christine Barrault, Juliette Binoche, Jacqueline Bisset, Isabelle Huppert, Nadine Trintignant, Bernardo Bertolucci, Costa-Gavras, Michael Haneke, Denis Podalydès, Ettore Scola, Roman Kolinka… De souvenirs en anecdotes, que Jean-Louis est touchant, vibrant, raconté par les siens ! Au point de n’avoir nulle envie de refermer ce livre, magnifiquement écrit !

« J’aime bien les gens qui en ont sous le pied » – Jean-Louis Trintignant

JEAN-LOUIS TRINTIGNANT DIALOGUE ENTRE AMIS
De Serge Korber et Jean-Yves Katelan. Éditions de La Martinière. 

En 1969, en famille avec Nadine, Pauline et Marie. © DR

« Effacé, profond, attentif, sérieux, calme, puissant, timide, il était si différent, tellement mieux que moi » – Brigitte Bardot

Plaisir de lire, pour lui

Lunettes Serious by Val&Co – CCO – Modèle S9 590

Lunettes David Beckham Eyewear by Safilo – Modèle DB7021-1039470C9B00_R00

Lunettes Charmant Z by Charmant – Modèle ZT27009-BK

Lunettes Minima – Modèle MC3G-iK9-343B

Lunettes Moleskine by Seaport ODLM – Modèle MO1148-01

Lunettes Mauboussin by ADCL – Modèle MTI200201

Lunettes Façonnable by Seaport ODLM – Modèle NV281-EBGU

Collection de lunettes Charmant Z by Charmant

A lire aussi...

Carine Bruet

Carine Bruet

0 FacebookTwitterPinterestEmail

Michel Piccoli, le plus secret des géants du cinéma

Piccoli – Derrière L’écran // Un livre d’Anne-Sophie Mercier – Allary Éditions

“J’aime bien être le haut-parleur de textes merveilleux”, ainsi parlait Michel Piccoli. Le grand, l’attachant, l’unique, l’extraordinaire acteur et réalisateur, né en 1925, et qui s’est éteint le 12 mai dernier, à l’âge de 94 ans. Fils d’Henri, un violoniste d’origine suisse, et de Marcelle, une pianiste française, Michel Piccoli a baigné toute sa jeunesse dans un milieu artistique. L’art, le théâtre, le cinéma…, des cordes à son arc, ses domaines d’expression, qui rempliront sa vie et sa carrière. Exceptionnelles. Il a tout joué, les patrons, les bourgeois suicidaires, les flics, les amoureux, les cassants de la vie… A créé sa boîte de production (Les Films 66), a financé le cinéma qu’il a toujours aimé, fier de son engagement artistique. Près de deux cents films, une soixantaine de pièces jouées, quatre César, deux Molière. Acteur fétiche de Claude Sautet, il a tourné avec les plus grands, de Jean Renoir à Agnès Varda, Luis Buñuel, Louis Malle, Alfred Hitchcock et Costa-Gavras, donnant la réplique à des icônes : Brigitte Bardot, Simone Signoret, Catherine Deneuve, Romy Schneider, Miou-Miou, Andréa Ferréol… Mais derrière l’acteur qui crevait l’écran, qui connaît l’histoire de sa famille maternelle et de son grand-père, un personnage clé de la IIIe République ? Son enfance si particulière, son engagement politique, ses indéfectibles amitiés ? C’est la journaliste d’investigation Anne-Sophie Mercier qui nous raconte sans détour cet homme de cœur et de convictions. Car finalement, Piccoli s’est peu confié pour un artiste qui connaît tant de monde et a vécu tant d’expériences : “J’ai voulu aller à la rencontre du Michel Piccoli derrière l’écran, l’homme de tous les risques, des rencontres improbables, des engagements d’une vie, d’une certaine démesure. Il s’est toujours méfié de ce narcissisme qui pousse certains acteurs à multiplier les confidences impudiques sur leur vie et leur ‘ressenti’. Il a agi en conséquence.” Truffée d’anecdotes et de belles histoires, cette biographie de 208 pages à dévorer, une merveille, est la plus inspirante de cette rentrée !

Piccoli, derrière l’écran. Anne-Sophie Mercier. Allary Éditions.

Plaisir de lire avec ce modèle de lunettes Boss Women (réf. 1163) : des montures légères et chics qui aiment la simplicité sans jamais sacrifier le style, en acier inoxydable et aux détails emblématiques de la marque (logo découpé au laser sur la branche, détail de la charnière répété dans la rainure gravée sur la pointe d’extrémité..). Et pour vous messieurs, la collection Boss est toute aussi élégante !

Les lunettes Boss Women sont distribuées par Safilo.

Les lunettes Les Millésimes sont distribuées par Roussilhe.

A lire aussi...

Carine Bruet

Carine Bruet

0 FacebookTwitterPinterestEmail

Le Palais Galliera célèbre Mademoiselle Chanel !

C’est l’exposition à ne pas rater ! Le Palais Galliera, flambant neuf après deux ans de rénovation, présente pour sa réouverture, et pour la première fois à Paris, la première rétrospective en France d’une couturière hors normes : Gabrielle Chanel (1883-1971).

Coco Chanel – Années 30.
© Ministère de la Culture – Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine, Dist. RMN-Grand Palais / André Kertesz

Dès 1912, la Mademoiselle va révolutionner le monde de la couture, imprimer sur le corps de ses contemporaines un véritable manifeste de mode ! Chronologique, la première partie de cette exposition évoque ainsi ses débuts avec des pièces emblématiques (la fameuse marinière en jersey de 1916), puis invite à suivre l’évolution du style de Chanel à l’allure chic : des petites robes noires et modèles sport des Années folles jusqu’aux robes sophistiquées des années 30. Une salle est aussi consacrée à l’iconique N°5 créé en 1921, quintessence de l’esprit de “Coco” Chanel. Puis vient la guerre, la fermeture de la maison de couture ; seule subsiste à Paris au 31, rue Cambon la vente des parfums et accessoires. Arrivent ensuite Christian Dior et le New Look, ce style corseté qu’elle conteste ; Gabrielle Chanel réagit avec son retour à la couture en 1954 et, à contre-courant, réaffirme son manifeste de mode. Thématique, la seconde partie de l’exposition invite à décrypter ses codes vestimentaires : tailleur en tweed gansé, escarpin bicolore, sac matelassé 2.55, couleurs noir et beige bien sûr, mais aussi rouge, blanc et or… sans oublier les bijoux fantaisie et de haute joaillerie indispensables à la silhouette Chanel. Issu du Patrimoine de Chanel, des collections du Palais Galliera et de différents musées internationaux, cet ensemble de plus de 350 pièces apporte un nouvel éclairage sur l’influence durable de la créatrice qui a incarné sa marque, mais surtout a transformé pour toujours l’allure des femmes. On admire, on rêve, on apprend… Gabrielle Chanel, Manifeste de mode. 1er octobre 2020-14 mars 2021. Palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris. 10, Avenue Pierre Ier de Serbie, Paris 16e. palaisgalliera.paris.fr

“Chanel travaille des dix doigts, de l’ongle, du tranchant de la main, de la paume, de l’épingle et des ciseaux, à même le vêtement, qui est une vapeur blanche de longs plis, éclaboussée de cristal émietté.”

Colette

Flash Eyewear :

Lunettes Chanel – Modèle SPRING20_A71353_X02569_S6612_5422B_1661_B8

Collection 2020

Lunettes Chanel – Modèle SPRING20_A75211_X02569_V1661_3395B_1661

Collection 2020

Coco Chanel dans son appartement au Ritz pour Harper’s Bazaar, Paris.
© Ministère de la Culture – Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine, Dist. RMN-Grand Palais / François Kollar

Anouk Aimée en Chanel, publié dans Vogue, septembre 1963 Paris Musées.
© Henry Clarke, Musée Galliera / Adagp, Paris 2020

Dorothy et Little Bara habillé en prêtre.

Publié dans Vogue, octobre 1960.
© William Klein

Parfum N°5, 1921.

Verre, cordonnet en coton noir, cachet de cire noire, papier imprimé Paris,Patrimoine de Chanel.
© Julien T. Hamon

Sac 2.55, entre 1955 et 1971.

Agneau teint en noir matelassé, métal doré, fermoir à tourniquet. Paris, Patrimoine de Chanel.
© Julien T. Hamon

Tailleur veste, blouse et jupe, printemps-été 1964.

Tweed à carreaux marine et blanc, twill de soie blanc imprimé marine. Paris, Palais Galliera.
© Julien T. Hamon

Robe de jour, entre 1926 et 1928.

Crêpe de Chine ivoire imprimé rouille Paris, Patrimoine de Chanel.
© Julien T. Hamon

Ensemble robe et veste, printemps-été 1926.

Toile de soie ivoire, taffetas de soie noir Paris, Patrimoine de Chanel.
© Julien T. Hamon

Prototype du soulier bicolore, création Chanel réalisée par Massaro, vers 1961.

Chevreau beige, satin de soie noir. Paris, Patrimoine de Chanel.
© Julien T. Hamon

À gauche, Robe automne-hiver 1964-1965. Cloqué de coton et organza noirs Paris, Palais Galliera. À droite, Robe printemps-été 1960. Mousseline noire, satin de soie noir, pâte de verre turquoise, strass. Paris, Patrimoine de Chanel.
© Julien T. Hamon

“En simplifiant la silhouette tout en y ajoutant a contrario l’opulence d’accessoires et d’un parfum iconique, en introduisant la notion de masculin/féminin ou encore de sportswear, cette âme rebelle inventa une allure à la fois élégante et fonctionnelle, facile à vivre, faite pour entrer pleinement dans le quotidien des femmes.”

Bruno Pavlovsky, président de Chanel SAS et président des Activités Mode de Chanel

A lire aussi...

Carine Bruet

Carine Bruet

0 FacebookTwitterPinterestEmail

Le mythique SUMO d’Helmut Newton, en version poids plume !

Livre de Helmut Newton. SUMO, 20th Anniversary Edition.

Le titanesque livre SUMO d’Helmut Newton, “condensé” en une édition accessible à tous ? Les fans du photographe de renom en rêvaient et, grâce aux éditions Taschen et à June Newton, son épouse (elle-même photographe), c’est fait ! Un bel hommage rendu à l’occasion des 20 ans, l’an dernier, du livre devenu une icône. La preuve, on ne se lasse pas de vous en parler ! Pensez donc qu’à l’origine, le poids de ce beau bébé au physique imposant pesait dans son emballage 35,4 kilos et n’avait été publié qu’en 10 000 exemplaires signés et numérotés, immédiatement vendus à peine publiés. Son premier exemplaire comptant les 100 signatures des célébrités photographiées a même atteint, en 2000, la somme de 317 000 € lors de sa vente aux enchères à Berlin, faisant de lui le livre le plus cher du XXe siècle ! On ne boude donc pas son plaisir avec cette réédition version XL (seulement !) recensant ses 464 images, avec en prime un livret inédit dévoilant les coulisses de sa création hors-normes. À l’image de son créateur, Helmut Newton (1920-2004), photographe de mode parmi les plus influents et récompensés de tous les temps. La renommée internationale de ce dernier s’envolait dans les années 1970, notamment grâce à ses travaux pour Vogue, devenant célèbre pour ses scénarios provocateurs, ses éclairages crus et les compositions chocs de ses scènes de rues ou d’intérieur, terrains qu’il privilégiait aux cadres plus classiques des studios. Un artiste, comme son livre, spectaculaire !

Helmut Newton. SUMO, 20th Anniversary Edition. Helmut Newton, June Newton. Éditions Taschen. Relié sous coffret, avec livret (26,7 x 37,4 cm, 6,07 kg, 464 pages, 100 €).

“L’imaginaire débridé et merveilleux de Newton réuni dans un recueil parfait.” The Week, Londres

Une lecture glamourissime avec ces montures-bijoux, modèle élégant et exclusif, Red Carpet 2020, siglé Chopard.

Lunettes Chopard – Modèle SCHF06S

Lunettes Chopard – Modèle SCHF06S

Lunettes Paul&Joe – Modèle ROSY21-RCDO 

Lunettes Ba&sh – Modèle BA1028-E418

Lunettes Façonnable – Modèle NV280-BLEC_HD   

Lunettes Carrera – Modèle 1112-1030320AOZ00_R02

Lunettes Fendi – Modèle FFM 0079-1032200SMF00_R02

Lunettes Charmant – Modèle CH12570-RG-Cat-high

Lunettes Jimmy Choo – Modèle ZELMA_2027430DDBK1_R00

Lunettes Jimmy Choo – Modèle VIGGO_202732006JK1_R00

Lunettes Lafont – Modèle FRAC3127B_F

©The Helmut Newton Estate / Maconochie Photography

Lunettes Minima – Modèle MC3G-iK9-343B

Lunettes Silhouette – Modèle TDC_5540_DR_9040_2

Lunettes Mauboussin – Modèle MAU200302

A lire aussi...

Mode & lifestyle
Carine Bruet

Ça fait mâle

Pour nos hommes aussi, la lunetterie rivalise chaque saison de collections en tous genres. Certes, les formes puisent dans des registres géométriques connus, mais les créateurs s’amusent à revisiter les

LIRE LA SUITE
Carine Bruet

Carine Bruet

0 FacebookTwitterPinterestEmail

Le magazine Harper’s Bazaar s’expose au musée

On en rêvait, le musée des Arts décoratifs l’a fait ! Voici la première grande rétrospective consacrée au célèbre magazine de mode américain Harper’s Bazaar. Une belle exposition qui colle avec la réouverture des galeries Mode, entièrement rénovées, de ce sublime musée…

Couvertures du magazine Harper’s Bazaar

Du papier glacé… au musée !

Quelle belle idée pour “parler mode” que de confronter des robes et des tenues à leurs publications originales de l’illustre magazine américain, Harper’s Bazaar ! Issues des collections du musée, en plus de prêts de pièces iconiques prestigieuses, ce sont ainsi soixante créations de couture et de prêt-à-porter qui “prennent vie” sous nos yeux. Une exposition chronologique et thématique, qui révèle ainsi la contribution de Harper’s Bazaar à l’évolution de notre silhouette depuis 150 ans, et qui nous raconte les “secrets de fabrication” de ces images de magazine. On y découvre les croquis, photos et patrons qui ont précédé l’image de mode et nourri son inspiration. Une façon de comprendre les choix d’une direction artistique, l’impact d’un graphisme et de la photographie, le rôle des femmes et des hommes, qui autant que ceux qui la créent et la portent défendent une certaine idée de la mode. C’est que le magazine a toujours été (et continue d’être), dans notre société, le premier vecteur de diffusion et de connaissance de la mode !

Peter-Lindbergh-août-2009-©-Peter-Lindbergh

Peter Lindbergh, août 2009 © Peter Lindbergh

Balenciaga. Robe haute couture printemps-été 1955,
Paris, Musée des Arts Décoratifs

Harper’s Bazaar, le premier magazine de mode

Un magazine de luxe iconoclaste, graphique et critique, marquant les époques de son style, résolument moderne et avant-gardiste (ses photos ont participé à l’émancipation féminine) : tous les moments forts de cette revue mythique, depuis son lancement en 1867, sont ici décryptés. Plus de 150 ans de créativité ! Une expo-hommage également aux personnalités qui l’ont façonné : Carmel Snow (rédactrice en chef), Alexey Brodovitch (directeur artistique) et Diana Vreeland (chroniqueuse de mode), qui tous trois, à partir des années 1930, propulsent ce magazine dans la modernité de la mode et du graphisme, instaurant une exigence qui fait encore école. De grands couturiers et créateurs (Worth, Paul Poiret, Jeanne Lanvin, Madeleine Vionnet, Elsa Schiaparelli, Christian Dior, Balenciaga…) et de grands photographes (Man Ray, Richard Avedon, Jean-Paul Goude, Hiro, etc.), doivent une part de leur mythe au rayonnement de Bazaar. Dans ses pages, se sont aussi croisés au fil des années Picasso, Cocteau, Matisse (artistes français dont le magazine s’entoure) ou encore, Jackson Pollock, Frank Stella ou William Burroughs. Une bible unique d’un siècle et demi d’histoire(s), de talents très inspirés, d’hommages aux styles et d’images iconiques. Comme ses couvertures de Unes, devenues starissimes… À découvrir d’urgence !

Le saviez-vous ?

Lancé en 1867 à New York par Harper & Brothers, Harper’s Bazaar s’adresse aux femmes afin de les instruire en matière de mode, de société, d’art et de littérature. Inscrit dans la tradition des gazettes de mode européennes, il présente l’originalité d’un engagement pour la cause féminine. Première rédactrice en chef, la suffragiste et abolitionniste Mary Louise Booth y présente les premières créations
du couturier parisien Worth très appréciées par les clientes fortunées américaines… Bazaar, c’est aussi une revue littéraire de portée internationale : Colette, Simone de Beauvoir, Françoise Sagan, Jean Genet, André Malraux, mais aussi Charles Dickens, Virginia Woolf, Truman Capote ou encore Carson McCullers y collaboraient régulièrement !

Image : Peter Lindbergh – Novembre 1996. © Peter Lindbergh (courtesy Peter Lindbergh, Paris)

Harper’s Bazaar
Premier magazine de mode
Jusqu’au 14 juillet 2020
Musée des Arts décoratifs
107, rue de Rivoli – 75001 Paris

Harper’s Bazaar. Juin 1964. Photographie de Hiro

A lire aussi...

Carine Bruet

Carine Bruet

0 FacebookTwitterPinterestEmail

Christo et Jeanne-Claude Paris !

« Trente-cinq ans après que Jeanne-Claude et moi avons emballé le Pont-Neuf, je suis impatient de travailler à nouveau à Paris pour réaliser notre projet pour l’Arc de Triomphe »

Christo

Dessin du Pont-Neuf de Paris réalisé par Christo en 1985

Malheureusement, Christo n’aura pas l’occasion d’entamer son projet d’emballer le plus célèbre de nos monuments parisiens, l’Arc de Triomphe. En effet, ce dernier s’est éteint en mai 2020, à la veille de son 85ème anniversaire, dans son domicile new-yorkais. L’exposition prévue au printemps dernier consacrant ces artistes à la renommée mondiale, Christo (né en 1935 en Bulgarie) et sa femme Jeanne-Claude (née en 1935 au Maroc, décédée en 2009 à New York), aura cependant bien lieu, tel un hommage. Un couple exceptionnel, dont le travail commun a fait naître des œuvres parmi les plus spectaculaires de l’histoire des 20e et 21e siècles. Deux volets pour cette expo hors normes : leur “période parisienne” d’abord, entre 1958 et 1964 (sept ans essentiels dans l’évolution de l’œuvre de Christo), puis ensuite, l’histoire montrée et expliquée du magistral projet du Pont-Neuf empaqueté, nécessitant dix années (de 1975 à 1985) de négociations. C’est bel et bien en s’installant dans notre capitale (fuyant son pays communiste, et là où il rencontra sa femme) que Christo donne une dimension monumentale à ses œuvres en concevant différents projets pour la Ville Lumière ! Il s’affranchit de la surface du tableau, s’approprie et empaquette les objets du quotidien (en découvrant en 1960 le polyéthylène, plastique transparent avec lequel il va “emmailloter” statues et modèles vivants), réalise des actions en public en extérieur qui feront sa renommée. Clou de l’expo ? Des dessins, collages, films et œuvres d’atelier, méconnues du grand public, tels les Cratères (peintures matiéristes influencées par Jean Dubuffet), les Surfaces d’Empaquetage, les Boîtes, les toutes premières Vitrines et Store Fronts ainsi qu’une sélection exceptionnelle d’objets empaquetés. Christo et Jeanne-Claude ont arpenté inlassablement le monde entier pour convaincre les autorités publiques, les ingénieurs, les industriels, les habitants d’accepter la concrétisation de leurs projets démesurés, autofinancés et accessibles à tous gratuitement. C’est à leur image : surprenant !

Le Pont-Neuf empaqueté (Projet pour Paris), 1985.
Mine graphite, pastel, fusain, crayon à la cire, impressions à l’encre et colle sur papier contrecollé sur carton sous cadre vitrine. Collection de l’artiste.
© Christo 1985.
Photo © Centre Pompidou, Philippe Migeat

L’Arc de Triomphe empaqueté (Projet pour Paris – Place de l’Etoile-Charles de Gaulle).
Dessin 2019 en deux parts
15×96″ et 42 x 96″ (38 x 244 cm et 106,6 x 244 cm).
Crayon, fusain, pastel, crayon à la cire, peinture émaillée, étude architecturale et topographique, carte dessinée à la main sur vélin et ruban adhésif.
Photo : André Grossmann © 2019 Christo

Christo, L’Arc de Triomphe empaqueté
Place de l’Etoile, Charles de Gaulle, Paris Collage 2019.
11 x 8 1/2” (28 x 21,5 cm). Crayon, crayon à la cire, peinture émaillée, photographie par Wolfgang Volz et ruban.
Photo : André Grossmann ©2019 Christo

Le Pont-Neuf empaqueté
(Projet pour Paris). 1976. Mine graphite, fusain, pastel, stylo à bille, tissu, fil, carton, photographie de Wolfgang Wolz, agrafes et colle sur papier contrecollé sur carton sous cadre vitrine Plexiglas Collection de l’artiste.
© Christo 1976. Ph © Centre Pompidou, Philippe Migeat

Il rêvait en 1962 d’empaqueter l’Arc de Triomphe : en 2020, son projet devait enfin voir le jour cet automne, avec son œuvre temporaire “L’Arc de Triomphe empaqueté (Projet pour Paris, Place de l’Étoile-Charles-de-Gaulle)”. Il nous laisse ses croquis…

« Christo et Jeanne-Claude. Paris ! »

Du 18 mars
au 15 juin 2020

Centre Pompidou
75004 Paris

A lire aussi...

Mode & lifestyle
Carine Bruet

Découvrez nos tendances déco

La collection AMPM printemps-été 2020 Chic & sobre point à la ligne ! Un style minimaliste qui fait son effet dans les motifs, les couleurs, les textures ! Place ce

LIRE LA SUITE
Carine Bruet

Carine Bruet

0 FacebookTwitterPinterestEmail
Newer Posts